Thoutmosis III

Thoutmosis III

Thoutmôsis III  est le sixième pharaon de la XVIIIe dynastie et en fonction des spécialistes, le premier à porter le nom de Pharaon "per aa". Le terme étant jusque-là réservé pour désigner le palais "la grande maison", puis son occupant, le Roi. Il fut le fils de Thoutmôsis II et d’une épouse secondaire, Iset. Les frères de son père, Amenmès et Ouadjmès, qui étaient les aînés, moururent avant celui-ci. C'était alors posé la question de la place de la future Reine Hatchepsout, sa belle-mère, demi-sœur de son père. Selon une interprétation des (Récit de la naissance divine) de Deir el Bahari, Thoutmôsis I aurait décidé à ce moment de faire couronner sa fille Hatchepsout et lui aurait abandonné la plus grande partie du pouvoir. Hatchepsout se servit de ces textes comme élément pour assoir sa légitimité sur le trône. N’ayant pas eu de fils avec Thoutmosis II, la succession revint à Thoutmôsis III. Comme il était très jeune, il avait à peine 5 ans, Hatchepsout, Grande Épouse Royale, prit le pouvoir en qualité de Régente.  Les avis sont partagés sur les dates de son règne; il ne régna seul qu'à partir de -1458 / -1457 à la mort d’hatchepsout.

Tut3face

Thoutmôsis III a plusieurs épouses qui lui sont attribuées par différents spécialistes :

Sitiah "Fille de la Lune", Grande Épouse Royale, qui fut la fille d'Ipou qui occupait le poste de nourrice royale et il est possible que son père fut l'important fonctionnaire Ahmès-Pennekhbet, dont la carrière couvrira les règnes des Rois  Ahmôsis I, à Thoutmôsis III. Sitiah mourut pendant le règne de Thoutmôsis III, vers l'an 23 ou 24 (environ vers 1456). Elle aurait donné un fils à Thoutmôsis III :

 ▪ Amenemhat qui décéda vers l'an 24 du règne de son père. Néferourê est aussi donnée comme la mère de ce Prince. Le nom d'Amenemhat est mentionné sur une inscription dans le temple de Karnak, datant de la 22e année du règne de son père. Elle nous informe que peu de temps après la mort d'Hatchepsout, il fut nommé Prince héritier et "Surveillant du bétail".

Méritrê-Hatchepsout "L'aimée de Rê, la première des nobles Dames", qui fut la deuxième Grande Épouse Royale du Roi, après la mort de Sitiah. De noble naissance, elle était la fille de Dame Hou qui avait de nombreux titres : Supérieure des Recluses d’Amon, Supérieure des Recluses du temple de Rê, Divine Adoratrice d’Amon, Divine Adoratrice dans le Temple d’Atoum. Pour ses titres voir à Méritrê-Hatchepsout. Elle donna six ou sept enfants à Thoutmôsis III :

Deux fils :

Amenhotep II qui, son demi-frère aîné Amenemhat étant décédé, succéda à son père comme Roi de 1428/27 à 1401.

▪ Menkhéperrê, qui est représenté, avec ses sœurs, sur une statue de leur grand-mère maternelle, Dame Houy. Il est probable que certains fragments de vase canope trouvés dans la vallée des Reines lui appartiennent.

Quatre ou cinq filles :

▪ Iset "Le trône", elle est représentée, avec ses sœurs et Menkhéperrê, sur la statue de leur grand-mère maternelle, Dame Houy.  Elle est décrite comme plus petite que ses frères et sœurs, elle est donc susceptible d'avoir été la plus jeune d'entre eux.

▪ Méritamon "Aimée d'Amon".  Elle serait la cadette. Elle est représentée, avec ses sœurs et Menkhéperrê, sur la statue de leur grand-mère maternelle, Dame Houy. Elle fut enterrée dans une tombe, sous la colonnade Nord de la première terrasse du temple funéraire d'Hatchepsout à Deir el-Bahari. Elle hérita du titre d'Épouse du Dieu  ainsi que Fille du Roi et Sœur du Roi.

▪ Baketamon "Servante d'Amon". Son nom est inscrit avec le cartouche de son père, sur un objet votif en faïence, découvert à Deir el-Bahari, qui est aujourd'hui au musée de Brooklyn. Elle est également mentionnée sur un bâton de jet, qui est aujourd'hui au Brooklyn Muséum, il est possible qu'elle soit la Princesse debout derrière sa sœur Méritamon dans la chapelle d'Hathor à Deir el-Bahari. Pour d'autres elle est de mère inconnue et ne serait pas une fille de Méritrê-Hatchepsout.

Nébétou. Elle est représentée dans une scène, sur un pilier de la tombe de Thoutmôsis III (KV34), où le Roi dirige une procession des membres de sa famille avec ses deux Grandes Épouses Royales, Méritrê-Hatchepsout et Sitiah, Nébétou et sa fille Néfertari. Sitiah et Néfertari étaient déjà décédées lorsque le tombeau fut construit. À la différence du nom des deux autres épouses, celui de Nébétou n'est pas enfermé dans un cartouche. On ne lui connait qu'un titre : Épouse du Roi. Nous ne savons rien d'autre de cette souveraine qui dut mourir après Sitiah. Elle aurait donné une fille au Roi :

 ▪ Néfertari. Elle apparait sur le pilier de la salle du sarcophage de Thoutmosis III, derrière les trois épouses du souverain. À part cette représentation et une dans la tombe KV34, où la légende inscrite près de sa silhouette suggère qu'elle mourut prématurément, elle n'est citée nulle part. Il est fort possible qu'elle ne fut pas une fille de Nébétou.

Néferourê "La beauté de Rê" ou "La perfection de Rê", qui naquit en l'an 10/11 du règne de Thoutmôsis II. Elle fut peut-être l’épouse de son demi-frère Thoutmôsis III. Cette théorie est fondée sur deux inscriptions où le nom de la Grande Épouse Royale, Sitiah fut remplacé par celui de Néferourê. Une des inscriptions est associée au titre Grande Épouse Royale, l'autre avec celui d'Épouse du Dieu Amon. 

Thoutmosis III était d’abord un prestigieux conquérant un chef de guerre plein de bravoure menant son armée de victoire en victoire. Le souverain montra son intelligence tactique dans la prise de Meggido. Apres la chute de Meggido, Thoutmosis III poursuivit sa marche victorieuse vers le nord, conquérant tout le Retenou et les ports phéniciens. Il fallut à Thoutmosis III quatre campagnes pour venir à bout d’une coalition de princes syriens groupé autour de prince de Kadesh et quatre autres pour assurer son pouvoir. Le roi immortalisa son triomphe en faisant inscrire sur le sixième et septième pylône du temple d’Amon à Karnak la liste des peuples soumis.

Thutmoses1  

Des lors Thoutmosis III fit chaque année campagne en Asie afin de surveiller les pays conquis et réprimer des révoltes locales. En Nubie, le souverain conduisit une seule campagne, pour réprimer une révolte soudanaise.

Cette fois Thoutmosis III était le maître incontesté d’un immense empire allant de l’Euphrate au nord, à la quatrième cataracte du Nil, au sud. Le roi était un vaillant, " le soleil des neuf arcs ".

Grâce à ses nombreuses Campagnes, l’Egypte acquis de multiples richesses. Le butin de Meggido, par exemple, se composait d’armes, d’objets précieux, de vaisselles, de mobiliers précieux, d’or, de chevaux, de troupeaux, de produit de la terre, de prisonniers, de femmes, d’enfants et de serviteurs. Le butin du Retenou abondait en céréale, huile d’olive, vins, fruits, encens, miel. L’Égypte percevait également un tribut annuel versé par chaque pays soumis en fonction de ses richesses. Le Retenou, très riche, envoyait des fruits, du miel, du vin, de l’huile, des bovins, des ânes, des chevaux, de l’argent, du cuivre et de l’étain, des pierres précieuses, des armes, des chars, des objets précieux. La Phénicie donnait du blé, de l’huile, des bovins, des ânes, des chevaux, du cuivre, de l’étain. D’Afrique venait l’or, l’ivoire, l’ébène. Le Retenou et l’Afrique envoyaient même en Egypte des serviteurs et des femmes dotées pour le harem de pharaon.

Certains pays adressaient de leur plein grès à l’Egypte, un tribut comme preuve d’amitié : Chypre envoyait du cuivre, l’Assyrie du lapis-lazuli, le Hatti des pierres précieuse, Pount de l’encens et de la myrrhe. Ces tributs allaient enrichir la maison d’Amon.

Cet empire prospère s’appuyait sur une puissante administration ; Thoutmosis III sut s’entourer de haut fonctionnaire, comme le fit sa tante Hatshepsout avant lui.

Thoutmosis III fut l’un des souverains qui contribuèrent le plus à la splendeur du grand temple d’Amon à Karnak. Le souverain acheva la salle hypostyle de Thoutmosis I et fit bâtir un autre sanctuaire à l’extérieur du temple d’Amon ; A Karnak le roi fit également restaurer un temple de Ptah. En dehors de Karnak, son nom reste attaché à de nombreux monuments, notamment une chapelle d’Amon a Éléphantine et des temples en Nubie consacrés à Horus, à Dédoum et à Khnoum.

La tombe de Thoutmosis III fut creusé dans la vallée des rois. On y trouva un sarcophage de grès rouge, vide : la momie reposait dans une cachette à Deir El Bahari à l’abri des pilleurs.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site