Créer un site internet

L'Egypte ancienne

La Terre Noire

Carte de l’Égypte ancienne

Kémet, la Noire, c'est ainsi que les Egyptiens des temps pharaoniques appellent leur pays. Ce terme désigne la terre brune et fertile qui borde le Nil. Il s'oppose à Désheret, la Rouge, qui qualifie le désert. Le mot " Egypte ", plus récent, dérive d'Aegyptos, nom donné à ce pays par les Grecs anciens

La Haute-Egypte est symbolisée par la couronne blanche, le lotus, le lys et le roseau. Elle est protégée par la déesse vautour Nekhbet.

Haute-Égypte  Nekhbet

 

La Basse-Egypte a pour emblèmes la couronne rouge, le papyrus et l'abeille. Elle est gardée par la déesse cobra Ouadjet.

Basse-Egypte  Ouadjet

Pour la culture des champs, les Égyptiens dépendent entièrement du fleuve. Les pluies sont en effets très rare. Tous les ans, en juillet, gonflé par les pluies du Soudan, le Nil déborde de son lit en Égypte. Il dépose son limon fertile et irrigue les terres  éloignées des berges. Une bonne crue atteint seize coudées, c'est-à-dire 8,32 mètres.

Le fleuve est parfois capricieux. Certaines années, l’inondation est trop faible. D’autres, elle est trop forte et emporte tout sur son passage. La famine menace alors le pays.

Ouadjet et Nekhbet - temple d'Edfou 

Vers 2500 av J.C., à l’époque des grandes pyramides, les historiens estiment que la population de l’Égypte s’élève à 1,5 million d’individus. Les progrès de l’irrigation des terres et de l’agriculture favorisent son essor. Sous Ramsès II, vers 1250 av J.C., l’Égypte rassemble près de 3 million d’âmes. Au temps de Cléopâtre, vers 50 av J.C., elle compte quelque 5 million d’habitants. A toutes les époques, la population se compose en majorité de paysans.

Oies, canards, ibis, hérons, grues, flamants, martins-pêcheurs, grenouilles sont quelques unes des espèces qui évoluent sur les rives du Nil en compagnie des hippopotames. Dans le fleuve, perches, carpes, mulets, poissons lunes ou anguilles s’efforcent d’échapper aux mâchoires redoutables des crocodiles. Dans le désert moins aride qu’aujourd’hui, gazelles dorcades, oryx, bubales, mouflons et ibex s’ébattent sous la surveillance des hyènes, des chacals et de quelques rares lions. De nombreuses espèces ont disparu d’Égypte à cause des changements de climat et de la modernisation. D’autres comme la poule ou le dromadaire, les ont remplacées.

27 votes. Moyenne 2.22 sur 5.

Commentaires (5)

myriam boisclair fortin
  • 1. myriam boisclair fortin | 09/12/2013
[center][/center][image][/image]i love egipte
jade
  • 2. jade | 20/06/2010
je sui passioné dégypte avec mon papa et je nai que 10 ans!! je trouve toute son histoir géniale
fiot
moyen
jessica
  • 4. jessica | 14/07/2008
je suis passionnée dégypte antique depuis maintenant 1 ans !
Je trouve ce pays , ces cultures , ces religion , !!! merveilleusement magnifique !
Mon plus grand rêve est d'y aller pour y découvrir des choses merveilleuses dans les temples !
Je n'ai que 16 ans mais je comptes bien tout faire pour parvenir à faire de ce rêve une réalité !
genev
  • 5. genev | 25/12/2006
tres beau site bonne continuation

Ajouter un commentaire