Le Nil

 

Le Nil

Nil

Hérodote écrivait en 450 avant notre ère: " l'Egypte est un don du Nil ".

Sans le Nil, une civilisation aussi avancée n'aurait pas pu s'épanouir dans l'antiquité. Le Nil s'étend sur 6700 kilomètres c'est l'un des plus longs fleuves de la planète. Il naît du Nil bleu venu du haut plateau Ethiopien et du Nil blanc, qui prend sa source au sud du Soudan.

Les Egyptiens ne vivaient pas seulement au bord du Nil, ils vivaient avec lui. La crue annuelle était de loin l'évènement le plus important sur leur existence matérielle.

La civilisation égyptienne s’est épanouie dans la vallée du Nil, plaine alluviale fertile large de quelques kilomètres et entourée de contrées désertiques : Nubie au sud, désert Libyque à l’ouest, désert Arabique à l’est jusqu’à la mer rouge. On distingue la Haute-Égypte, au sud (d’Assouan à Assiout en passant par Louqsor et Thèbes), et la Basse-Égypte, au nord (Memphis, Saqqarah, Gizeh et le delta du Nil).

Carte du Nil

Dans ces deux contrées, des populations agricoles sédentaires connaissent une croissance régulière : 850 000 habitants vers 3000 avant J.-C., 2 millions vers 1750 avant J.-C. Les pluies sont rares. Soleil, chaleur et sécheresse dominent. Cependant le Nil apporte chaque année les bienfaits de ses crues. Le fleuve rythme la vie de la vallée, qui voit se succéder trois saisons de quatre mois. Vers la mi-juillet, gonflé en amont par la mousson éthiopienne, le fleuve sort de son lit et recouvre la plaine (saison Akhet). A la mi-novembre, le fleuve retrouve son lit et découvre les terres noires, enrichies du limon fertile apporté par la crue (saison peret). C’est le temps des semailles : lin et céréales. A la mi-mars, on commence à récolter le lin, qui servira à la confection de vêtements, puis l’orge et le blé, qui fournissent la base de l’alimentation (bière et pain). La terre se dessèche et se craquelle en attendant la crue suivante (saison Shemou). Pour les anciens égyptiens, la crue est fêtée rituellement, manifestation bienveillante du dieu Hapi.

On redoute une crue insuffisante qui apporterait la famine. Pour cette raison, les égyptiens, ou l’agriculture, ses rendements et ses réserves sont contrôlés et gérés de manière centralisée, développe un système d’irrigation artificielle pour gagner des terres sur le désert et tirer le meilleur parti du fleuve, par l’aménagement et l’entretien de canaux et de digues.

Encore aujourd'hui on peu apercevoir quelques Nilomètres...des puits à escaliers dotés de marques. Les résultats servaient à prédire le volume des récoltes et aussi, pense-t-on à calculer les impôts annuels. 

Nilomètre

 

23 votes. Moyenne 2.43 sur 5.

Commentaires (5)

mjekerzaku
  • 1. mjekerzaku | 12/12/2010
je fais un exeposes tres long de deux moi qui parle de l'Egypte alors sa m'interesse
meziani
  • 2. meziani | 24/05/2010
je trouve que ce site est tres bien en+ japprend plein de chose ce site est tres structurée comme dit hafida merci...
hafida
  • 3. hafida | 24/07/2009
Je suis une passionnée de l'Egypte et je trouve votre site tres bien structurée ! Merci.
amandine
c super ce site j'apprend plein de trucs sur l'egypte d'avant et d'aujourdui en+ j'adore ca
merci pour les créateurs de ce site et BRAVO
vie-éphémère
  • 5. vie-éphémère | 21/02/2008
Merci pour ce site, je suis moi même passionnée de cette civilisation, votre site et vraiment superbe merci beaucoup et bravo

Ajouter un commentaire