L'embaumement

L'embaumement

  

Image Hosted by ImageShack.us

  

Les Egyptiens croyaient à la survie de l'âme après la mort...il fallait donc que l'âme ait un endroit où vivre. Et si l'âme était éternelle, le corps devait durer des "millions d'années"...

Au commencement, les Egyptiens enveloppaient les défunts dans une natte ou une peau de bœuf et les enterraient dans le sable. La chaleur desséchait les corps avant la décomposition. Les embaumeurs mirent au point une technique qui évolua au cours des siècles pour obtenir ce dessèchement artificiellement. Ce traitement durait 70 jours et à l'origine, il n'était réservé qu'au Pharaon. Plus tard, les nobles et hauts fonctionnaires se firent embaumer. Le corps était placé sur une table d'embaumement. Cette table en pierre, sculptée en forme de lion, présente des rainures qui permettaient l'écoulement de l'eau et des fluides naturels lors du lavage et du traitement du corps.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

La première étape de l'embaumement qui ne commençait que 2 ou 3 jours après la mort, consiste à sortir le cerveau de la boite crânienne et ce, par les narines. Pour cette opération, ils utilisaient un crochet de métal, généralement en bronze et mesurant jusqu'à 40 cm de long...Ce crochet triturait le cerveau. Le hachis obtenu était évacué par le même chemin. Parfois, le cerveau était extrait par le trou occipital, la tête étant désarticulée puis re-fixée avec un pieu de métal qui s'enfonçait dans la cage thoracique. Au début, la boite crânienne était laissée vide Ce n'est qu'à partir de la XIIème dynastie environ que l'on prit l'habitude de la remplir avec des bandelettes trempées dans un mélange de résine de conifères, de cire d'abeille, d'huiles végétales et plus tard de goudron. Cet ensemble se solidifiait et formait une croûte.

Image Hosted by ImageShack.us

 

La deuxième étape consiste à éviscérer le défunt. On se servait alors d'une lame tranchante en pierre avec laquelle on pratiquait une ouverture latérale dans l'abdomen. L'embaumeur introduisait sa main et retirait les intestins, les poumons, le foie, l'estomac qui étaient ensuite lavés dans du vin de palmes, farcis de myrrhe, d'anis et d'oignons, enveloppés dans une toile de lin très fine et placés individuellement dans les vases canopes. Le cœur, siège de la raison, de l'esprit et des sentiments, restait en place ou était remplacé par un scarabée cœur. Les vases canopes, sans le contenu desquels le corps ne serait pas complet, étaient déposés dans la tombe. La cavité abdominale vide était soigneusement lavée avec le même vin de palmes puis aspergée d'huiles parfumées. Le ventre était ensuite rempli d'un mélange de myrrhe pure, de la cannelle, du cinnamome, de la sciure de bois, du henné, de la poix, des grains de poivre et autres aromates, une quinzaine d'ingrédients en tout. L'incision abdominale était parfois suturée mais le plus souvent, on versait dessus de la résine ou de la cire fondue, ou encore on la recouvrait d'une plaque d'or. On bouchait les ouvertures du nez, de la bouche, des yeux et des oreilles suivant la même méthode.

Image Hosted by ImageShack.us

Venait ensuite l'étape de la conservation du corps. Le défunt était recouvert de 10 fois son volume de poudre de natron. Celui-ci absorbait l'humidité des tissus durant plusieurs semaines. Au cours de ce lent processus, la peau pelait et les ongles se détachaient. Une incision était faite à la base de chaque ongle, un fil végétal était roulé autour du doigt pour éviter toute perte. Quand le défunt était un roi ou un riche personnage, des doigtiers d'or coiffaient les extrémités des doigts pour les protéger. Après avoir été retiré du natron, le corps était lavé et oint d'huile parfumée. C'est à ce stade que l'on commençait l'enroulement des bandelettes de lin. Cette procédure délicate et raffinée durait environ 16 jours et nécessitait jusqu'à 375 mètres carrés de tissus pour une seule momie. On accompagnait cette procédure de formules sacrées, de même que l'on plaçait quantité d'amulettes entre les épaisseurs de lin.  

La phase d'enroulement des bandelettes achevée, le travail de l'embaumeur était terminé et la momie rendue à la famille pour les funérailles.

 

Image Hosted by ImageShack.us

Les embaumeurs ne devaient pas être toujours très attentifs puisqu'on a pu retrouver à l'intérieur de momies : crochets de cuivre, spatules, pinces, aiguilles, cuillères et même une...souris !

 

 

 

Les vases canopes

Aux nombres de quatre, ils représentent les quatre fils d'Horus. Amset, à tête d'homme veille sur le foie, Hapi à tête de babouin sur les poumons, Douamoutef ressemble à un chien et protège l'estomac, Kebekhsénouf à tête de faucon, les intestins.

Suivant le rituel de la momification, l'embaumeur retirent les viscères: Les poumons, le foie, l'estomac et les intestins. Chacun est soigneusement enveloppé dans un lin très fin et déposé dans un vase canope.

Ces quatre génies sont chacun placés sous la protection des déesses Isis, Nephthys, Neith et Selkis.

Image Hosted by ImageShack.us

 


Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us

 


19 votes. Moyenne 3.32 sur 5.

Commentaires (1)

1. jiji 10/12/2008

j'adore votre site mais par contre il faudrait ajouter plus d'info sur les dieux

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×