Sheshonq I

Baraspshy4 1

Sheshonq I (ou Chechanq ou Scheschonq ou Shishak ou Schischak) est le premier Pharaon de la XXIIe dynastie. Manéthon lui compte 21 ans de règne. La grande majorité des égyptologues situent celui-ci entre (943 à 922). On ne sait en fait que peu de chose sur son origine. Il fut un Prince d'Héracléopolis appartenant à l'une des riches familles Libyennes fortunées du Delta. Il fut le fils de Nimlot, Grand chef (Méchouech), titre qu'il prendra plus tard, et de Tanetsepeh. Il serait le neveu d'Osorkon l'ancien qui régna à la fin de la dynastie précédente (984-978).

Sheshonq I

Sheshonq I eut deux épouses.

  • Karoma I,  qui n'est connue que par la stèle de Pasenhor. Sur celle-ci la Reine porte le titre de Mère du Roi et il y est dit qu'elle fut la femme de Sheshonq I et la mère d'Osorkon I. Elle ne donna qu'un fils à Sheshonq I, mais elle est quelques fois donnée comme la mère d’Ioupout et Tashepenbastet.

  • Osorkon I (ou Osorkon Mériamon)  "Osorkon aimé d'Amon"  qui succéda à son père de 924 à 890/889.

  • Pentreshmès (ou Penreshnes) dont les noms de ses parents ne sont pas connus. Son père tint le poste de "Grand Chef des étrangers", indiquant qu'il était Libyen. Pentreshmès est connue par un certain nombre de documents, notamment une statue de son fils Nimlot I. Elle ne donna qu'un enfant à Sheshonq I :

  • Nimlot I (ou Namit) qui fut nommé par son père Roi d'Héracléopolis, afin qu’il dirigea pour lui l'Égypte-Centrale.

Deux autres enfants dont on ne connait pas le nom de la ou des mères.

  • Ioupout (ou Iupet) que son père nomma, Grand Prêtre d'Amon à Thèbes (944-924), Général en chef des armées et Gouverneur de la Haute-Égypte

  • Tashepenbastet qui fut mariée au troisième Prophète d'Amon à Thèbes, Djedhotiouefânkh.

Amulette scarabée au nom de Sheshonq I - Mine de cuivre en Jordanie

Sous la XXIe dynastie, les (Méchouech) des Libyens qui s'étaient installés dans le Delta et avaient étendu leur territoire jusqu’au Fayoum, détenaient la force armée du royaume. Leurs chefs devinrent très puissants et le fils d'un d’eux, Sheshonq I, prit le pouvoir à la mort de Psousennès II de Tanis, dont il était le Général en chef des armées et le Conseiller en chef. Il s’imposa comme Pharaon et fonda la XXIIe dynastie. Sous son regne, la capitale égyptienne fût transférée à Bubastis. Afin de consolider son contrôle sur le pays, le Pharaon installa Nimlot I, un de ses fils, comme Roi d'Héracléopolis, en Égypte-Centrale. Il nomma son autre fils Ioupout, Grand Prêtre d'Amon à Thèbes (944-924), Général en chef des armées et gouverneur de la Haute-Égypte. Sheshonq I, s’entoura de gens dévoués, qu’il plaça à des postes stratégiques. La puissance royale et la réorganisation du territoire fut partagée entre les Princes Libyens.

Sheshonq I et son fils Ioupout - Temple de Karnak

Sheshonq I reprit la politique d’expansion territoriale, à commencé par la Palestine qu’il reconquit, avec une armée composée de contingents Égyptiens, Nubiens et Libyens. En 931, il profita de la révolte des dix tribus du Nord menée par Jéroboam I contre la tyrannie du Roi de Juda, Roboam (931-911) et il prit Gaza, En 925, il prit et pilla Jérusalem, la capitale du royaume de Juda. Il rétablit les relations commerciales avec Byblos. Il laissa une stèle à Megiddo et des statues à Byblos. Sheshonq I est identifié dans l'Ancien Testament comme étant le Roi d'Égypte Shishak ou Schischak . Selon la Bible, il envahit Juda, principalement la région de Benjamin, au cours de la 5e année du règne du Roi Roboam, emmenant avec lui la plupart des trésors du temple créé par Salomon (970-931). Ces faits seraient corroborés par la stèle mise au jour à Megiddo.

Fragment de la stèle commémorative du pharaon Sheshonq I trouvé à Megiddo.

La prise de Jérusalem est attestée sur les murs du temple d'Amon à Karnak, bien que quelques spécialistes avancent que ce ne serait que de la propagande. En ce qui concerne la localisation exacte des cités ou régions de la campagne du Pharaon le travail reste encore délicat. La liste des noms de lieux se compose de trois parties. Dans la première section se trouvent des villes mentionnées dans le centre de la Palestine.

La deuxième partie contient, entre autres, de nombreuses petites villes dans le Néguev, et la troisième liste se concentrent sur la zone côtière du Sud. La première section peut répertorier les zones de Thaanac, Beth-Shean, Rehob, Mahanaïm, Gabaon, Beth-Horon, Megiddo, et Arad. Les académiciens ont débattu sur la manière de lire cette inscription, la majorité s’accordant néanmoins sur la mention de ces villes.

Liste des villes Palestinienne conquises par Sheshonq I - Temple de Karnak

La campagne en Palestine à peine terminée, Sheshonq I, se tourne vers l'Ouest dans le but de prendre possession des ressources en denrées alimentaires que ces terres fertiles du désert produisaient. Puis il mate une rébellion au Sud, envoyant ses troupes contre une peuplade que l'on situe traditionnellement dans le désert Nubien, entre le Nil et la Mer Rouge. Le Pharaon reprit le contrôle de la Basse-Nubie et des voies commerciales avec l'Afrique, perdues depuis des décennies.

Son activité de bâtisseur fut importante on trouve la trace du souverain à :

 ▪ Bubastis, où les temples furent embellis et agrandis, comme l'atteste les écrits des portiques dits "des Bubastides" à Karnak.

 ▪ Éléphantine, où il restaura le grand temple de Khnoum.

 ▪ Memphis, où il commande la construction d'un monument baptisé le Château des millions d'années du roi Hedjekheperrê Setepenrê, le fils de Rê Sheshonq Mériamon qui est dans l'Hout-ka-Ptah, consacré au dieu Ptah. Un taureau sacré est enterré sous son règne, comme l'atteste une stèle provenant du Sérapéum de Saqqarah qui est inscrite à son nom. C'est probablement à l'occasion ou en prévision de cet événement national que le roi commande également au grand prêtre de Ptah, Chedsounéfertoum, l'édification d'une salle d'embaumement, pour le dieu Apis, bâtie en calcaire, décorée de reliefs et pourvue du mobilier nécessaire pour le service funéraire du dieu.

 ▪ Thèbes, où outre les travaux dans le temple de Mout, en l'an 21, le Pharaon entreprit dans l'enceinte d'Amon-Rê la construction d'un grand monument. L'édifice est constitué d'un grand pylône et d'une vaste cour bordée de portiques. Les murs de ces derniers furent décorés de reliefs racontant les victorieuses conquêtes du souverain.

 ▪ El Hibeh, il fait édifier un temple complet consacré à l'Amon local, constitué d'un pylône, d'une cour à portique, d'une salle hypostyle, d'un reposoir de barque et d'un sanctuaire.

 ▪ Tanis, où il embellit le grand temple d'Amon de grands sphinx et de sculptures de granit qui furent sûrement prélevées à Pi-Ramsès. Aujourd'hui il ne subsiste que quelques éléments, comme une partie d'une corniche monumentale et quelques blocs.

Sphinx de Tanis aux cartouches du roi Sheshonq I

Le lieu où se trouve le tombeau de Sheshonq Ier n'est pas connu avec certitude. Plusieurs sites ont été proposés pour avoir abrité la sépulture et le viatique funéraire du roi .

Cela peut indiquer que son tombeau fut pillé dans l'antiquité, mais cette hypothèse n'est pas prouvée. Les spécialistes divergent sur l'emplacement de la sépulture du souverain et spéculent qu'il pourrait avoir été enterré quelque part dans Tanis, peut-être dans une des tombes royales anonymes de la ville, ou encore à Bubastis.

Coffre à vases canopes du roi Sheshonq I

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire