La bataille de Qadesh

Aux alentours de 1275 avant JC, Ramsès II se rapproche stratégiquement du Nil en créant la ville de Pi-Ramses pour faire face à la menace des Hittites menés par Mouwattali. Le climat de tension débouchera quelques années plus tard sur la fameuse bataille de Qadesh.

Carte géographique au temps de la bataille de Qadesh (1274 av J.-C)

La bataille de Qadesh est la première bataille documentée par des sources antiques, qui a opposé deux des plus grandes puissances du Moyen-Orient : l'empire Hittite de Mouwattali, dont le centre était en Anatolie centrale, et le Nouvel Empire égyptien de Ramsès II. Cette bataille s'est déroulée aux abords de Qadesh, dans le sud de l'actuelle Syrie. Bien qu'ayant commencé à l'avantage des Hittites, elle se solde par un renversement de situation en faveur des Égyptiens. C’est du moins ce que relatent les textes et les images gravés sur les murs des temples égyptiens sur l'ordre de Ramsès II.

Char de guerre Hittite

Ramsès II était conscient que pour garder la Syrie, il lui fallait prendre la ville de Qadesh qui était un point stratégique en Amourrou. Fin Mai 1274 av. J.-C, il partit de sa capitale Pi-Ramsès vers le Nord à la tête d'une immense troupe. Ramsès II conduisit personnellement une armée de quatre divisions aux noms : D'Amon, Ptah, et Seth, les quatre principaux dieux de la monarchie à cette époque. Chaque division constitue chacune une force d'environ 5 000 soldats et pas moins de 5000 chars.

Qadesh

L'expédition, passa en Canaan, en Galilée, puis remonta par la plaine de la Bekaa pour s'enfoncer en Amourrou jusqu'à Qadesh. Lorsqu'il vit cette force impressionnante arriver le Roi d'Amourrou, Benteshina, 1280-1274, puis de 1260-v.1230 choisit de se rallier à Ramsès II. Alors vassal des Hittites, Benteshina rompu le traité passé par son prédécesseur avec les Hittites et joignit ses forces aux troupes Shardanes dont il prit le commandement.

Mercenaires Shardanes

En Hatti, Mouwattali II était conscient  des intentions du Pharaon et que l'Égypte devait récupérer absolument Qadesh si elle espérait reprendre un jour le contrôle de la Syrie. Si son royaume tombait entre leurs mains, les Hittites risquaient de perdre tout le Nord et le centre de la Syrie, dont les villes stratégiques d'Alep ou Karkemish. Cependant, grâce au nouveau traité de paix qu’il venait de signé avec les Assyriens, il pouvait maintenant se concentrer sur un seul front. Il réunit alors une immense armée composée d'une coalition de près de vingt peuples de ses vassaux Anatoliens et Syriens.

Plan de la bataille de Qadesh

La bataille se trouvait sur la plaine au Sud de la ville et à l'Ouest de l'Oronte. Des espions Hittites, des Shasous, réussirent à convaincre les Égyptiens que Mouwattali II est localisé avec son armée aux environs d'Alep à 190 kilomètres plus au nord. Ramsès II pensant être tranquille fit installer son camp sur la rive Ouest de l'Oronte, à proximité de la forteresse, sans attendre le renfort de ses divisions qui le suivaient à plusieurs heures de marche. Le roi tient son conseil de guerre, tandis que tout autour les soldats s'affairent à réparer leurs armes, nourrir leurs chevaux et d'autres activités, sans se douter de l’imminence du combat.

Ramsès II réunit son conseil de guerre.

Des patrouilles sont mises en place. Une d'elles réussit à capturer deux éclaireurs hittites qui, après une bastonnade, révèlent la position réelle de leurs troupes. Le Pharaon envoya alors des messagers prévenir ses divisions à l'arrière. Celles-ci eurent à peine le temps d'arriver. L'armée de Mouwattali II traversa le fleuve et attaqua la division de Rê qui tentait de rejoindre le campement et l'écrasa. Elle fondit alors sur le camp Égyptien alors que la division de Ptah traversait à peine l'Oronte et que celle de Seth ci trouvait encore. Ramsès II et la division d'Amon se retrouvèrent donc seuls face aux 2.500 chars et aux milliers de fantassins de Mouwattali II. Cette première partie de l'engagement est un revers cinglant pour les troupes égyptiennes. Leur camp commence à être investi et Ramsès directement menacé. Mouwattali, positionné de l'autre côté de l'Oronte avec l'ensemble de ses troupes à pied, peut contempler le succès de sa charrerie.

Après la bastonnade, les espions hittites avouent l'attaque du Roi

Ramsès II eu le temps de mettre ses fils Parêherouenemef et Khâemouaset à l'écart. Alors qu’il était sur le point de se rendre, Ramsès II, selon la légende aurait alors demandé de l'aide au dieu Amon et avec le pouvoir de ce dernier, il se serait jeté dans la bataille. « Le roi, réalisant sa position désespérée, chargea l'ennemi avec sa petite bande d'hommes. Il se fraya un chemin à travers l’ennemis, tuant un grand nombre de personnes alors qu'il s'échappait ». «J'étais,» dit Ramsès, «tout seul, car mes soldats et mes cavaliers m'avaient abandonné, et aucun d'eux n'a eu l'audace de me venir en aide » Mais sa "victoire" Ramsès II la dû surtout à l'arrivée des forces d'Amourrou de Benteshina. Grâce à eux le Pharaon fut en mesure de reprendre l'initiative. Les coalisés étaient maintenant encerclés.

Ramsès II à la bataille de Qadesh - Bas-relief au Grand temple d'Abou Simbel

Dans le même temps, Au soir du premier jour de la bataille, la division de Ptah est prévenue de l'assaut et hâte sa marche pour rejoindre le champ de bataille au plus vite. Les récits égyptiens vantent l'action du Pharaon, qui aurait tenu tête seul aux hordes ennemies assaillant son campement: les Hittites sont repoussés en direction d'une zone marécageuse où beaucoup de soldats se seraient noyés, parmi lesquels un frère de Mouwattali, ce dernier assistant impuissant à l'éparpillement et au massacre de ses troupes depuis l'autre rive de l'Oronte.

Ramsès II en train de tuer un ennemi tout en en piétinant un autre

Le lendemain, les troupes égyptiennes enfin réunies au complet et les troupes hittites encore nombreuses auraient fait une passe d'armes à l'initiative de Ramsès qui voulait encore en découdre, mais ses ennemis auraient refusé l'affrontement. Dans l'impasse, les deux camps cessent le combat. Mouwatalli II envoya une proposition d'armistice et demanda la clémence des Égyptiens que Ramsès II lui accorda. Il n'y eut pas vraiment de vainqueur. Ramsès II rentra en Égypte sans avoir pris Qadesh. Il fit graver sur le mur de plusieurs temples, comme à Abou Simbel, le récit de sa "grande victoire" sur les troupes Hittites.

Représentation de la bataille de Qadesh - mur du temple de Karnak

Le Traité de paix de Qadesh fut signé en 1258 avant notre ère, par l'Égypte et l'empire Hittite. Il s'agissait du premier traité de paix documenté entre les deux nations. Cet événement a eu lieu 16 ans après la bataille, lorsque Hattusili III, frère de Mouwattali II, a été couronné roi des Hittites après la mort de Mouwattali. Cet accord visait à établir la démarcation de nouvelles frontières entre les deux nations, l'engagement de leurs dirigeants à ne plus se faire la guerre et l'arrangement d'un accord qui maintiendrait la succession au trône des deux royaumes.

Après la signature du traité de paix. , le roi Ramsès II  épousa une princesse du peuple Hittite, la fille de Hattusili III.

Traité de Qadesh - Musée Archéologique d'Istanbul - Turquie

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×