La Basse Epoque

La Basse Epoque vers (1085-30 av. J.-C.)

TaharqaCette période comprend la troisième période intermédiaire (1085-665 av. J.-C.) qui est marquée par un nouveau déclin politique et une période de mille ans d’occupation étrangère, jusqu’en 30 avant J.-C. l’autorité publique fléchit. Sous la XXIè dynastie, le pays se divise en deux : au nord, les pharaons sont établis à Tanis tandis qu’au sud, à Thèbes, les grands prêtres d’Amon exercent le pouvoir sur la Haute-Egypte. A partir du VIIIè siècle, des dynasties de pharaons d’origine étrangère (Libyens au nord et Nubiens au sud) règnent sur l’Egypte. Le fondateur de la XXIIè dynastie, Chéchonq Ier, est le Shishak de la bible. Impliqué dans la division du royaume de Salomon, il fini par « monter contre Jérusalem ». Le témoignage de cette campagne militaire figure sur le portail bubastite du temple d’Amon à Karnak. Durant la XXIVè dynastie, le roi nubien Pi(ankh) du Soudan, envahit le pays sans difficulté, bat facilement les roitelets du Delta et réunifie l’Egypte. Les rois nubiens de la XXVè dynastie - Pi(ankh), Shabaka, et Taharqa – élèvent des monuments dans les centres religieux du pays et encouragent le retour aux anciennes traditions. Les invasions de puissances lointaines commencent avec les Assyriens, qui s’emparent de Memphis en 669 av J.-C., Taharqa reprend la capitale, mais ne peut empêcher la marche victorieuse d’Assurbanipal jusqu’à Thèbes, qu’il détruit après l’avoir dépouillée d’une grande partie de ses trésors.

Chéchonq Ier, le Shishak de la bible - temple de Karnak

Apres une longue période de pouvoir libyen et nubien, et de domination assyrienne, une dynastie autochtone (XXVI) remonte sur le trône à Saïs, dans le Delta. Les rois de la période Saïte se débarrassent du joug assyrien, réunifiant l’Egypte. Ce sera la dernière période d’indépendance pharaonique du pays. L’Egypte est à nouveau vaincue par les Babyloniens puis par les Perses, qui l’occupent à deux reprises, aux Vè et IVè siècles avant J.-C et fondent la XXVIIè dynastie. La première occupation suscite de fréquentes insurrections. Des princes comme Inaros occupent temporairement le trône. Amyrtée réussit à secouer le joug perse et pave la voie à deux dynasties éphémères, qui règne de Sébennytos dans le Delta. Deux Nectanebo de la XXXè dynastie entreprennent la restauration et la construction de monuments. La deuxième occupation perse est encore plus intolérable que la première. Le pays  devient alors un enjeu pour les deux grandes puissances rivales que sont la Perses et la Grèce.

Stèle du roi Perse Cambyse tu du taureau Apis

L’Egypte n’est plus un royaume fort, mais elle continue à abriter une civilisation florissante et prestigieuse. Libérée du joug perse par Alexandre le Grand en 332 avant J.-C., la vallée du Nil devient une partie prospère du monde hellénistique. Alexandre le grand, proclamé pharaon à Memphis, se fait légitimer par l’oracle d’Amon à Sioua, et fonde Alexandrie sur la cote méditerranéenne. Alexandre fut enterré en Egypte, probablement à Alexandrie, mais sa tombe n’a pas été identifiée. Les usages funéraires connaissent de très importantes mutations. Les momies sont souvent gainées dans des cartonnages à multiples couches. L’Egypte entre pour trois siècles dans la dynastie des Ptolémées ou (Lagides), d’origine macédonienne. Dernière des Lagides, la reine Cléopâtre VII résiste aux romains en s’alliant avec le général Marc Antoine contre Octave le (futur empereur Auguste) : après la bataille navale d’Actium en 31 avant J.-C., Cléopâtre vaincue se donne la mort. L’Egypte devient alors une province romaine.

Momie de Nofret - période ptolémaïque  Masque de momie en cartonnage - époque ptolémaïque

Périodes Romaines et Byzantine de 30 av. J.-C. à -642 apr. J.-C.

Domination romaine. Affrontements entre Grecs et Romains, avec bateaux incendiés dans le port d’Alexandrie et incendie de la fameuse bibliothèque. Garnisons romaine à Alexandrie, Babylone (vieux-Caire) et Assouan.

Recensement de la population aux fins du calcul des impôts. Temple de style traditionnel construits ou achevés à Dendéra. Esna, Kôm Ombo et Philae. Dès 250, montée du Christianisme accompagnée de persécutions. Début du monachisme. A partir de 324, domination byzantine (Constantinople). Le christianisme devient religion d’état. Nombreux temples transformés en églises ou monastères. Fondation de l’Eglise Copte en 451. Conquête arabe en 642.  

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire